Tribune des Elus socialistes d’Asnières (Juin 2016)

A Asnières, les plus fragiles doivent supporter le poids des économies budgétaires : fragilisation des services de solidarité (Santé, Emploi, Politique de la ville, Maison de l’emploi, CCAS), attaque contre les associations (Epicerie solidaire, Restos du Cœur).

Et maintenant des économies sur la sécurité des plus fragiles, nos enfants ? Inacceptable !

Les personnes qui sécurisent les sorties d’école de nos enfants sont employées dans le cadre d’un chantier d’insertion, un tremplin vers un emploi véritable avec une formation et un suivi. C’est un marché confié à la Régie de Quartier, une association d’insertion par l’activité qui a la totale confiance des partenaires et fait partie d’un réseau d’expertise au service des plus fragiles. Chaque année elle permet à nombre de ces personnes d’aller vers un emploi réel ou une formation diplômante. C’est la garantie d’attirer des personnes sérieuses avec un projet de vie.

Remplacer ce chantier d’insertion par des vacations à la petite semaine, c’est choisir de mettre en péril la sécurité de nos enfants. Irresponsable par les temps qui courent !