Communiqué : Manuel Aeschlimann, le prévisible candidat aux Législatives

Comme tous les Asniérois, nous avons appris par voie de presse que M. Aeschlimann est investi par son parti pour être candidat aux élections législatives de juin 2017.

Cette candidature annoncée est dans la droite ligne de la conception politique de M. Aeschlimann: une affaire personnelle, l’affaire d’une personne, lui-même et les intérêts qu’il peut en tirer pour les siens. Car circule déjà ici et là le nom de celui ou plutôt de celle qui lui succédera à la tête de la municipalité s’il devait être élu. En plus de vingt années d’activité politique, M. Aeschlimann n’a pas varié dans ses méthodes ni dans ses objectifs. Avec lui, il n’y a jamais de bonnes surprises.

Mais la politique change et les citoyens appellent partout à un changement en profondeur dans la pratique politique et à un renouvellement radical du personnel politique.

Il a fallu deux campagnes municipales, la première ayant été annulée pour cause de graves irrégularités, et quatre tours de scrutin pour que Manuel Aeschlimann s’installe, durablement croyait-on, dans son fauteuil de maire. Autant d’occasions qu’il aurait pu saisir pour dire à la population qu’il ne faisait que passer, plus intéressé par un autre mandat, celui de maire ne devant servir que de tremplin. Maire d’Asnières, vice-président du conseil de territoire de la Boucle de Seine, vice- président du Grand Paris, le voici donc en quête d’un nouveau titre. Cette boulimie de pouvoir est-elle la marque de quelqu’un qui veut servir l’intérêt du plus grand nombre ? Il nous est permis d’en douter.

De toutes nos forces et avec ténacité, avec le soutien de toutes les bonnes volontés, de tous ceux qui rêvent d’une politique véritablement au service des populations, nous élus socialistes, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour faire barrage à cette chasse aux titres, aux mandats, aux indemnités multiples.

Ce n’est pas avec M. Aeschlimann qui mène combat aux côtés de M. Balkany pour le retour de Nicolas Sarkozy en tant que président de la république que nous allons donner droit à l’espérance légitime des Français de changer la donne politique dans notre pays.